© 2020 Nation Prospère Acadie. Tous droits réservés.

Rechercher
  • Daniel Leblanc

Le Musée de Kent recevra la Collection Cormier

Plus de 1200 tableaux d’art populaire acadien


Bouctouche, Nouveau-Brunswick, le 17 décembre 2019 – Le Musée de Kent situé dans l’ancien Couvent de Bouctouche sera l’hôte en 2020 de l’imposante collection d’art populaire acadienne assemblée par Maurice et Claudette Cormier.

Composée de plus de 1200 tableaux et pièces d’art populaire acadien datant principalement du 20ème siècle, la Collection Cormier fut rassemblée au cours des 40 dernières années par le couple de Moncton dans le but de la remettre un jour à la communauté acadienne. La collection a récemment été léguée à l’œuvre de bienfaisance Nation Prospère Acadie (Nation Prospère) qui en a fait prêt au Musée de Kent afin de la mettre en valeur. Une première exposition est prévue à l’été 2020 à l’occasion du 140ème anniversaire de la construction de l’ancien Couvent de Bouctouche.


La Collection Cormier est la plus importante collection d’art populaire documentée et constituée en Acadie. Elle regroupe des pièces réalisées par plus de 250 personnes originaires des régions acadiennes du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard. Ces tableaux ont pour la plupart été réalisés avant la fondation du Département d’art-visuel à l’Université de Moncton en 1963. Parmi les artistes de la collection, seuls quelques-uns ont connu une certaine renommée. On y retrouve par exemple des œuvres d’Edouard Gautreau, de Jeanne Léger et de Léo LeBlanc. Il y en a aussi d’Anna Malenfant, du Père Anselme Chiasson et des religieuses Sr. Annie Forest et Sr. Eulalie Boudreau.


L’ancien directeur et conservateur du Musée Acadien, Bernard LeBlanc, connait bien la Collection Cormier pour l’avoir étudiée il y a une quinzaine d’années. M. Cormier l’avait alors approché pour la léguer au Musée Acadien mais faute d’espace, il avait été incapable de donner suite à cette offre.


« L’intérêt de la Collection Cormier se situe au niveau de sa qualité, de sa diversité et de la très grande quantité d’artistes acadiens qui en font partie, » précise M. LeBlanc. « Le travail de documentation réalisé par Maurice Cormier est également de haute qualité, nous permettant de comprendre l’étendu du phénomène de l’art populaire en Acadie au 19e siècle et spécialement au 20e siècle, » conclut-il.

2 vues