Rechercher
  • bapa20

Une nouvelle carte de l’Acadie du Nouveau-Brunswick

Un sondage sur l’ébauche accompagne l’exercice


Bouctouche, le 27 mai 2021 – Une nouvelle carte de l’Acadie du Nouveau-Brunswick vient d’être dévoilée par la Commission sur le territoire et la toponymie (CTT), qui relève du projet de recherche sur l’Assemblée nationale de l’Acadie. En développement depuis l’automne 2020, elle vise à alimenter les discussions portant sur la réforme de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, en proposant notamment des ajustements aux frontières administratives des Commissions de services régionaux.


La CTT a privilégié une approche hydrographique pour définir les régions présentées sur l’ébauche de sa carte en s’interrogeant également sur leurs identités distinctes. Parmi les propositions d’ajustements aux frontières administratives, la Commission recommande que le bassin versant de la rivière Kedgwick relève dorénavant de la région administrative du Restigouche, plutôt que du Nord-Ouest, et que la partie supérieure de la rivière Nipisiguit relève de la région administrative Chaleur plutôt que Miramichi.

Des ajustements à l’appellation des régions administratives, ou Commissions de services régionaux (CSR), est également proposé :

  1. l’appellation de « Madawaska-Haut-Saint-Jean » pour décrire la CSR Nord-Ouest;

  2. l’appellation de « Restigouche-Appalaches » pour décrire la CSR Restigouche;

  3. l’appellation de « Nipisiguit-Chaleur » pour décrire la CSR Chaleur;

  4. aucun changement de nom proposé à l’appellation de la CSR Péninsule acadienne;

  5. l’appellation de « Acadie-Kent » pour décrire la CSR Kent;

  6. l’appellation de « Beauséjour-Petitcodiac » pour décrire la CSR Sud-Est francophone.

Enfin, quelques propositions mineures d’ajustements aux frontières et touchant directement certaines communautés sont présentées sur l’ébauche de la carte et dont la décision devrait relever des communautés concernées, suggèrent les coprésidents Jean-Luc Bélanger et Ghislaine Foulem. « Ultimement, c’est aux communautés de faire ces choix », précise M. Bélanger, « et notre mandat consistait à identifier ces possibilités. » Parmi ces propositions on y retrouve :

  1. Saint-Quentin dans la région Restigouche-Appalaches;

  2. Saint-Sauveur dans la région Péninsule acadienne;

  3. Baie-Sainte-Anne dans la région Acadie-Kent;

  4. la création d’une sous-région administrative francophone dans le sud-est nommée Beauséjour-Petitcodiac, Moncton étant à cheval sur les deux sous-régions du sud-est.

Un sondage en ligne portant sur l’ébauche de la carte vient d’être lancé aujourd’hui avec l’objectif de consulter la population. La CTT souhaite obtenir un maximum de réponses d’ici la fin juin et les résultats seront ensuite publiés. Les résidents des régions francophones du Nouveau-Brunswick sont ainsi invités à y participer en se rendant à https://fr.surveymonkey.com/r/carteacadienb ou bien à la page Facebook de l’Assemblée nationale de l’Acadie.


Outre la présentation des régions acadiennes et majoritairement francophones, la carte montre également Miramichi, Fredericton et Saint-Jean désignés comme étant des « Centres de vie française » afin d’illustrer le fait qu’on y retrouve dans ces villes des minorités francophones importantes avec des centres communautaire (écoles) et d’autres services en français essentiels. Les membres de la CTT ont également jugés important de mentionner sur la carte les noms français et d’origine de la Mer Rouge (Détroit de Northumberland) et de la Baie Française (Baie de Fundy).


La Commission sur le territoire et la toponymie, qui relève du Projet de l’Assemblée nationale de l’Acadie (https://anacadie.ca/), s’inscrit dans une démarche de continuité historique pour le peuple acadien et autour d’une vision d’une « Acadie française, prospère, en santé, heureuse et en paix, ouverte sur le monde et autonome sur son territoire ». Le projet est chapeauté par l’organisme sans but lucratif Nation Prospère Acadie qui en assure l’administration.




7 vues0 commentaire